Blog

Dessiner zéro déchets avec des encres naturelles faites maison

Bonjour à toi !

Je te partage aujourd’hui mes expérimentations en matière d’encres ultra naturelles.

J’ai découvert le jus de betterave, la soupe d’ortie et le marc de café, et c’est génial ! Je t’encourage vivement à expérimenter cela car pour moi ça a été une révélation. C’est simple, je n’ai plus envie d’acheter aucune encre du commerce, mais plutôt de m’amuser à trouver ce qui, dans mon jardin ou dans ma cuisine, pourrait me permettre de dessiner.

Détaillons ensemble chacune de ces trois premières encres :

1. Le jus de betterave

Pour obtenir du jus de betterave tu as deux choix :
– soit tu cuis des betteraves et tu récupères l’eau de cuisson,
– sois tu récupères le jus de betteraves sous-vide. Personnellement j’ai choisi la deuxième option.

A l’utilisation, cette encre peut déstabiliser. En effet, il faut en mettre beaucoup pour avoir une couleur intense. Je m’attendais personnellement à avoir plus de couleur (quand on connait les taches de jus de betterave…), mais on peut facilement obtenir l’intensité voulue avec la technique suivante.

  • Mets de l’encre sur toute la zone que tu souhaites colorée, peu importe l’intensité de ton encre à ce moment là.
  • Ensuite recharge ton pinceau en encre et applique-le sur ta zone, tu vas voir que, par capillarité, ce que tu as rechargé sur ton pinceau va se transférer sur la zone déjà encrée.

    Tu peux, comme cela, ajouter autant d’encre que tu en as envie sur la zone de ta surface que tu souhaites plus foncée.

Il faut savoir que la betterave contient du sucre, ce qui donne des grains microscopiques à cette encre. Il y a certaines aquarelles avec qui elle ne se mélange pas très bien, par contre elle brille après séchage !

2. La soupe d’ortie

Pour l’encre d’ortie, il te faut réaliser une soupe d’ortie. En voici les étapes :

  • cueille les feuilles de l’ortie en les prenant par le dessus pour éviter de te faire piquer.
  • mets-les à bouillir dans de l’eau pendant une dizaine de minutes.
  • mixe le tout et passe au tamis le plus fin possible.

    Ta soupe est prête !

De même, la soupe d’ortie peut paraître fade, mais si tu ajoutes de l’encre, tu vas trouver l’intensité que tu souhaites, soit par capillarité comme avec le jus de betteraves, soit, si tu laisses sécher, par couches successives.

Cette encre t’ouvre les portes de tout ce qui est vert en dessin de végétaux, feuilles, herbes, fruits, bourgeons …

De plus, cette encre se mélange très bien à l’aquarelle, ce qui t’ouvre complètement les champs des possibles en terme de vert.

3. Le marc de café

Là, tu prends tout simplement le fond de la tasse de café que tu as bue, ou celle de ton.ta chéri.e. Soit tu utilises le café dilué, c’est-à-dire prêt à boire, soit tu vas chercher la poudre au fond de la tasse. Ce qui va te permettre d’avoir plus ou moins d’intensité de couleur.

Je trouve cette encre idéale pour réaliser des écorces, des branchages et d’autres rugosités naturelles, car le tout petit grain fin de la poudre du fond de tasse nous la fait retrouver.

Là aussi, cette encre se mélange bien à l’aquarelle.

Quels sont les outils complémentaires ?

J’ai utilisé ces encres avec du papier aquarelle Fontaine 100% coton 300g/m2 grain fin. Cela assure une excellente résistance à l’eau, et un mélange optimal avec l’aquarelle.

Les pinceaux petit-gris* ont été très agréables à la fois de par leur souplesse et leurs grands réservoirs d’eau.

Pour conclure, je t’invite chaleureusement, et avec insistance, à expérimenter ces nouvelles encres ! Elles ouvrent à un nouveau monde.

Voici une vidéo pour t’expliquer concrètement comment ça marche.

Conclusion

Je vais continuer à chercher et expérimenter d’autres recettes, afin de compléter la palette des couleurs primaires et secondaires, reste par ici pour être au courant !

dessin-en-voyage

Intéressé.e par la formation gratuite ?

Dis-moi qui tu es :

Aucune donnée enregistrée ne sera divulguée à des tiers.

Quelques bases en aquarelle…

Bonjour à toi !

Aujourd’hui, je te propose de (re)voir quelques bases en aquarelle. personnellement, c’est un medium que j’utilisais beaucoup quand j’étais enfant, que j’ai un peu délaissé… et auquel je reviens maintenant, avec beaucoup de plaisir.

Le premier défi pour moi a été de mettre en mots ce que je faisais instinctivement, empiriquement. Voici chose faite, avec quelques astuces que je te délivre.

Ce qu’il faut retenir

Obtenir une couleur homogène

Un lavis est une couleur homogène sur une surface donnée. Cette couleur peut être plus ou moins foncée.
On peut obtenir un lavis en mouillant préalablement le papier, ou en mettant directement le pigment… avec beaucoup d’eau tout de suite !

La couleur va aller jusqu’où elle peut, c’est-à-dire jusqu’aux limites de la surface humide.

On peut superposer les lavis, ou les couches d’aquarelle. Elle se multiplient alors. Un jaune par-dessus un bleu donneront un vert, ou un bleu jaune, ou un jaune bleuté, tout dépendra du degré de coloration de ces lavis jaune et bleu.

Différents degrés de netteté

Il faut savoir aussi que plus on ajoute d’eau, plus le papier est humide, plus la couleur « fuse », c’est-à-dire s’étend.

Au contraire, plus le papier est sec, plus nos coups de pinceaux vont être précis.

Il faut donc jouer entre le mouillé et le sec, avec tous les degrés de netteté possibles entre les deux !

Contenir la couleur

Lorsque ta couleur fuse un peu trop à ton goût, tu peux la contenir avec une autre couleur ajoutée autour de celle-ci. Les pigments de la seconde couleur vont retenir ceux de la première.

Effacer les erreurs

Oups ! J’ai mis une goutte au mauvais endroit ! Pas de panique, prend ton chiffon, tamponne-le sur la goutte. Elle sera déjà à moitié effacée. Ensuite, mouille ton pinceau à l’eau transparente, et applique-le sur le reste de tache. Tu vas voir, celle-ci va disparaître sous tes yeux !

Si tu utilise cette propriété, tu peux faire des nuages en tamponnant ton chiffon sur un lavis. Sympa, non ?

Par quel sujet commencer ?

Les feuilles d’automne sont un merveilleux sujet d’expérimentation, pour l’aquarelle comme pour tous les mediums. Tu peux t’amuser, expérimenter, tu auras toujours de belles feuilles à la fin, quoi qu’il se passe !
C’est une bonne façon de dédramatiser les peurs, et d’acquérir un peu de liberté en couleur.

Quel matériel acheter ?

J’utilise des aquarelles Sennelier. Choisis les couleurs que tu aimes bien !
Mon pinceau est un « petit-gris », de chez Raphaël. Le n° 803 est de bonne taille, il peut être à la fois précis et couvrir de moyennes surfaces. Le bon papier est un papier 100% coton, de préférence, d’environ 300 grammes.
Dégote-toi un vieux chiffon en coton et un pot à eau, et tu es prêt.e à expérimenter !

Comment voir « en vrai » ?

Voici une vidéo qui te résume tout, et qui te permet de voir « en vrai » !

A toi de jouer !

En attendant, je t’offre une formation, courte, de 5 cours fondamentaux en dessin. Tu es intéressé.e ?

Dis-moi qui tu es :

Aucune donnée enregistrée ne sera divulguée à des tiers.

Comment dessiner son sapin de Noël ?

Bonjour à toi !

Aujourd’hui, on aborde un sujet sensible : celui du sapin de Noël. Entre le sapin en plastique qui pollue lors de sa fabrication, lors de sa durée de vie, et lors de sa destruction, et la sapin naturel, le vrai, qui est coupé (aïe) à l’aube de sa vie, on préfère le naturel. Lui, au moins, participe à la réduction du CO2 dans l’atmosphère lors de sa courte vie, et ne pollue pas, s’il est planté sans pesticides et pas OGM (oui, les sapins qui piquent pas, ça n’existe pas, normalement).

Quelles solutions pour un sapin respectueux de la planète ?

Si tu souhaites, pour une fois, épargner vraiment les sapins, et t’affranchir de l’une des plus importantes ressources de Noël, j’ai une solution pour toi : peindre, à l’aide de peinture écologique, ton sapin à toi.

Quelles sont ses caractéristiques ?

  • Il peut être peint sur un drap, sur une feuille de papier, sur ton mur si tu le rénove bientôt,
  • Il peut être blanc, vert, bleu… et sur un fond beige, gris, taupe, noir, blanc… Tu as une totale liberté !
  • Bonne nouvelle, cela veut dire aussi que tu peux le peindre aussi grand que tu le souhaites ! Il peut aller jusqu’au plafond, si tu le peins sur un vieux drap !
  • Utilise simplement le pinceau adéquat : plus tu veux ton sapin grand, plus le pinceau doit l’être aussi !
  • Il ne risque pas de sécher ! Tu peux donc en profiter pleinement tout au long de l’Avent, et jusqu’à l’Epiphanie. Qui dit mieux ?

Quelle est la meilleure place pour ce sapin ?

Celle que tu auras choisies pour pouvoir y mettre les cadeaux à son pied. Pour l’accrocher au mur, tu peux utiliser de la pâte à fixe, ou des petits clous.

On parle décos ?

Ce sapin se fera une joie de recevoir tes décorations habituelles de Noël.

  • si tu n’as pas de décorations de Noël : tu peux les peindre sur ton sapin, ou t’en fabriquer. Privilégie le carton de boîte de colis, les chutes de tissu, des morceaux de bois, de pommes de pin, des écorces de marron, des récupérations de branche de sapin…
  • si tu en as déjà : ne culpabilise pas à utiliser celles qui te plaisent. Y compris celles en plastique. Elles sont déjà fabriquées, et tu les as certainement choisies parce qu’elles te plaisent. Alors fais-toi plaisir !
  • si tu souhaites mettre du « brillant » à ton sapin :
    • fais attention à la composition des décorations brillantes. C’est à 99% du plastique !
    • si tu comptes utiliser des aquarelles, feutres, ou peintures brillantes, attention là aussi. Le mica, ou certains minéraux brillent naturellement. Cependant, là encore, certaines marques n’hésitent pas à mettre du plastique ou du métal dans leurs produits.
  • Si tu souhaites de la lumière pour ton sapin, évite, par pitié, les décorations électriques. Elles éclairent le sapin, mais… y prête-t-on vraiment attention ? Tu peux ajouter, au pied de ton joli sapin peint, une ou plusieurs bougies ! Les épines ne risqueront pas de tomber, et l’ambiance douillette et chaleureuse, que l’on adore en ce moment, est donnée.

Je te montre tout cela en vidéo, clique juste ci-dessous !

Intéressé.e par ma formation offerte ?

Dis-moi qui tu es :

Aucune donnée enregistrée ne sera divulguée à des tiers.

Pourquoi est-ce je n’utilise jamais de feutre en dessin

Soyons maintenant sérieux. 

Et parlons « feutres ». Un sujet qui paraît anodin, mais aux conséquences ô combien sérieuses. Tu trouveras là, dans cette vidéo d’aujourd’hui :  
– les composants d’un feutre
– en quoi il ne t’apporte aucun bonus en régularité
– pourquoi prendre un pinceau est bien plus porteur de sérénité. 

Mon conseil pour toi si tu veux remplacer tes feutres par de l’encre : 

– va acheter ton papier kraft 250g/m2 de chez Clairefontaine 
– va acheter ton pinceau petit gris n°803 de chez Raphaël 
– va acheter un pot d’encre de la couleur de ton choix de Sennelier. 

Et là… Ouf ! Tu vas voir, un monde de sérénité va s’ouvrir à toi. 

Comment dessiner différents tissus ?

Bonjour à toi !

Suite à une extinction de voix, je te propose un format de vidéo un peu différent.
Le sujet du jour est de te donner une astuce pour dessiner le tissu. C’est-à-dire pour rendre son épaisseur, son tissage.

Comment faire en sorte que le spectateur de ton dessin lise « tissu fin et aérien », ou « tissu épais, lourd » ?

La réponse en vidéo !

Tu souhaites bénéficier de ma formation offerte ?

Dis-moi qui tu es :

Aucune donnée enregistrée ne sera divulguée à des tiers.

Comment réaliser les textes d’un mode d’emploi ?

Continuons ensemble de voir comment tu peux, toi, [subscriber:firstname | default:reader], créer un mode d’emploi simplement, tout en étant lisible et compréhensible par ton lecteur

On parle ici des textes, qui peuvent vite devenir un casse-tête…Déchiffrons !

Tu veux bénéficier de ma formation offerte ?

Dis-moi qui tu es :

Aucune donnée enregistrée ne sera divulguée à des tiers.

Comment réaliser un mode d’emploi ?

Bonjour à toi !

Voici une astuce qui peut te servir, si tu as envie d’expliquer quelque chose : comment dessiner un mode d’emploi ? Telle est la question, avec cette première vidéo, au sujet des dessins. On verra dans un second temps les textes, tiens-toi prêt.e !

Pour aller plus loin avec moi, tu as accès à ma formation gratuite, pour cela,

Dis-moi qui tu es :

Aucune donnée enregistrée ne sera divulguée à des tiers.

Qu’est-ce que la perspective atmosphérique ?

Bonjour à toi,

Aujourd’hui, je te propose, à l’aide de mes aquarelles, de donner de la profondeur à un bosquet grâce à la perspective atmosphérique.
Qu’est-ce ? On le voit ensemble dans la vidéo 🙂

Laisse-moi un commentaire pour me dire si cette vidéo t’a aidé.e !

J’ajoute à cette vidéo une petite astuce, que tu trouves ci-dessous : Minacroki dessine du trèfle ! Comment faire pour que les feuilles de derrière soient bel et bien derrière les autres ?

Pour t’inscrire à ma formation gratuite,

Dis-moi qui tu es :

Aucune donnée enregistrée ne sera divulguée à des tiers.

Comment dessiner des escaliers en perspective ?

Je réponds à la question d’une abonnée : comment dessiner des escaliers en perspective ? J’ai ENFIN trouvé le bon escalier pour te le montrer ! A retenir : les points de fuite sortent de la page !

Si tu souhaites tester ma pédagogie gratuitement, il te suffit de remplir ce formulaire :

Comment dessiner un légume : la courgette ?

Second test de peinture écologique, en utilisant ma belle peinture verte, et ma belle peinture bleue 😉
Des aventures nous attendent, surtout concernant le séchage…

Si tu souhaites tester ma pédagogie, tu peux le faire via ma formation gratuite. Pour la recevoir, il te suffit de remplir le questionnaire suivant :